Les grandes villes n’ont plus le monopole d’un marché immobilier cher

Alors que les prix de l’immobilier flambent dans certaines grandes villes neo-zelandaises, comme Auckland ou Queenstown, il semblerait que certaines villes de tailles moyennes commencent à subir cette croissance des prix – devenus inaccessibles à une partie des néo-zélandais.

De plus en plus d’entre eux se dirigent alors vers les villes moyennes, et, suite logique, la demande en biens à vendre commence à créer une augmentation des prix du marché immobilier de province.

Continuer à lire cet article (en anglais) ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

LE GUIDE DE L'INVESTISSEMENT