CHRISTCHURCH, PREMIÈRE VILLE DE L’ÎLE DU SUD

CHRISTCHURCH


La célèbre cathédrale de Christchurch, construite entre 1864 et 1904, a tenue bon face à de nombreux séismes depuis sont érection. Mais les récents tremblements de terre de 2010-2011 ont eu raison de sa robustesse. Elle est sévèrement endommagée le 22 février 2011, lors du séisme de magnitude 6,3, où 185 personnes ont trouvé la mort. Le 13 juin 2011, une réplique de magnitude 6 frappe de nouveau la ville, faisant 1 mort et 45 blessés, et provoquant l’effondrement partiel ou total de plusieurs bâtiments et édifices historiques dans le centre-ville. Cette série de séismes, à la fois mortels et ayant détruit le plus ancien patrimoine architectural du pays, marque encore profondément les néo-zélandais.Malgré ces événements tragiques, la ville de Christchurch a su se relever et conserver une économie active et attractive. La ville est en pleine reconstruction, et les projets sont d’autant plus innovants, modernes et tournés vers l’avenir de cette ville jeune et dynamique. Le tourisme reste encore un acteur important à Christchurch.

HISTOIRE


Des fouilles archéologiques menées à Redcliffs en 1876 ont trouvé des traces des premiers habitants de la région : des tribus qui chassaient des moa vers 1250. L’histoire orale māori relate qu’ils habitaient la région déjà aux environs de l’an 1000. Ces premiers habitants sont remplacés par la tribu Waitaha, qui y aurait migré depuis la côte Est de l’île du Nord au XVIème siècle. Après des guerres tribales, les Waitaha (composés de trois peuples) furent dépossédés par la tribu Kāti Mamoe, elle-même subjuguée plus tard par les Ngāi Tahu, qui contrôleraient la région jusqu’à l’arrivée des Européens.

Suite à l’achat des terres de Putaringamuto (aujourd’hui Riccarton) par les frères Weller, chasseurs de baleine, un groupe de pionniers européens, dirigés par les messieurs Herriott et McGillivray, s’établissent dans ce qui est aujourd’hui la région de Christchurch vers 1840. Leurs fermes abandonnées seront achetées par les frères Deans en 1843. Les quatre premiers navires de la Canterbury Association arrivent le 16 décembre 1850, amenant les 792 premiers « Pélerins du Canterbury » au port de Lyttelton. Ces navires sont le Randolph, la Charlotte-Jane, le Sir George Seymour, et le Cressy. Ces nouveaux pionniers pensaient construire une ville autour d’une cathédrale et une université, d’après Christ Church College à Oxford.

Le nom de « Christchurch » fut décidé le 27 mars 1848, avant même l’arrivée des navires.

Christchurch devient officiellement ville de par un décret royal du 31 juillet 1856 ; elle est la première de Nouvelle-Zélande. Beaucoup des édifices gothiques de l’architecte Benjamin Mountfort datent de cette période. Christchurch sera le centre administratif de la province de Canterbury.

Christchurch (en māori Ōtautahi) est la troisième plus grande ville de Nouvelle-Zélande, avec 390,000 habitants en juin 2016. C’est la première ville de l’île du Sud et la capitale de la région de Canterbury. Elle est située au nord de Banks Peninsula, à mi-chemin de la côte est de l’île du Sud. Le nom de Christchurch fut choisi en mars 1848 après avoir été suggéré par J. R. Godley, qui avait étudié à Christ Church College, à Oxford (Angleterre).

Au centre de la ville on trouve Cathedral Square, autour de la cathédrale anglicane, Christchurch cathedral. Les environs du square, délimités par les quatre avenues de la ville (Bealey, Fitzgerald, Moorhouse et Rolleston), constituent le cœur urbain de Christchurch. Le centre-ville abrite aussi des zones résidentielles, dont Inner City East, Inner City West, Avon Loop, Moa et Victoria.

TRANSPORT


Christchurch est desservie par un aéroport international, des lignes de bus et de train. Les bus locaux, connus sous le nom de Metro, sont sous l’autorité du Canterbury Regional Council, et il existe des lignes gratuites d’autobus limitées au centre-ville. Le moyen de transport le plus utilisé reste néanmoins la voiture. Le terrain de la ville étant très plat, le Conseil communal installe plusieurs pistes cyclables. Il y a aussi un tramway, son parcours est cependant limité à un circuit du centre-ville et est donc plutôt d’intérêt touristique. Les trams furent introduits en 1905 et cessèrent leur service en 1954, étant réinstallés comme attraction touristique en 1995.

La ligne ferroviaire du nord va à Kaikoura et Picton, utilisant des trains TranzCoastal ; la ligne du sud va à Invercargill, en passant par Dunedin. Le train le plus célèbre partant de la gare de Christchurch est le TranzAlpine, qui prend la ligne du sud jusqu’à Rolleston, puis prend la ligne Midland et passe par les Alpes du Sud en prenant le tunnel Otira, terminant le trajet à Greymouth dans le Westland. C’est, de par les paysages traversés, une ligne purement touristique.

CHRISTCHURCH ET L’ANTARCTIQUE


Christchurch a longtemps été le point de départ de plusieurs expéditions en Antarctique, dont ceux de Robert Falcon Scott et Ernest Shackleton, qui partirent du port de Lyttelton. Au centre-ville il y a une sculpture de Scott faite par sa femme.

Le International Antarctic Centre, en face de l’aéroport international de Christchurch, abrite un musée et des équipements pour les programmes antarctiques des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande. C’est la base principale pour des vols de ravitaillement des bases de McMurdo et Scott.

SPORT


L’équipe de rugby à XV s’appelle les Crusaders et possède le plus beau palmarès de toutes les équipes du Super 14 et Super 12.

Le Canterbury Rugby Football Union représente la province lors de l’Air New Zealand Cup.

L’équipe de netball locale, les Canterbury Flames, jouant dans le National Bank Cup, est très populaire. Les Canterbury Rams représentent quant à eux la ville en basket-ball.

Le Queen Elizabeth II Park a accueilli les Jeux du Commonwealth de 1974. Le AMI Stadium accueille les matches de rugby en hivers et de cricket en été. Poritt et Nunweek Parks (à Avonside et Bishopdale, respectivement), on joue au hockey sur gazon. Il y a également plus d’une douzaine de terrains de golf.

S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

LE GUIDE DE L'INVESTISSEMENT